Le créateur de Python veut rendre celui-ci plus rapide

Le créateur de Python veut rendre celui-ci plus rapide

Le créateur de Python souhaiterait rendre son language 2 fois plus rapide. Mais pour cela, va falloir trouver un moyen d'y parvenir sans casser les projets des utilisateurs.


Le créateur de Python veut rendre son langage deux fois plus rapide.





Le créateur de Python veut le rendre deux fois plus rapide. Mais est-ce possible sans casser les projets des utilisateurs et est-ce que cela se produira vraiment?









Guido van Rossum, qui a créé le célèbre langage de programmation Python il y a 30 ans, a fait part de son ambition de le rendre deux fois plus rapide, en remédiant à l'une des principales faiblesses de Python par rapport à des langages comme le C++.




La rapidité du noyau Python (CPython) est l'une des raisons pour lesquelles d'autres implémentations ont vu le jour, comme Pyston.


Son manque de performance explique en partie pourquoi Python a gravité vers la science des données et l'apprentissage automatique, où de nombreuses charges de travail sont confiées aux GPU. L'autre raison de son essor dans ces domaines est la richesse des bibliothèques spécifiques, de NumPy au framework d'apprentissage automatique TensorFlow, soutenu par Google.




Dans une contribution au US PyCon Language Summit de cette semaine, van Rossum a publié un document sur GitHub, d'abord repéré par The Register. Celui ci détaille certaines de ses ambitions pour faire de Python un langage plus rapide, promettant de doubler sa vitesse dans Python 3.11 - l'une des trois branches de Python qui émergeront l'année prochaine dans une version pré-alpha. Le créateur de Python a été embauché en novembre par Microsoft, le faisant sortir de sa retraite après un passage chez Dropbox.




Il explique qu'il "s'ennuyait à la maison pendant sa retraite" et qu'il a postulé pour un poste chez Microsoft. Il occupe désormais la position privilégiée d'ingénieur distingué chez Microsoft. On lui a "donné la liberté de choisir un projet" chez Microsoft et il explique qu'il a "choisi de revenir à ses racines". "C'est la façon dont Microsoft rend la pareille à Python", écrit van Rossum.







Microsoft a soutenu Python de diverses manières, notamment par le biais de cours gratuits sur Python qui servent de rampe d'accès à ses services d'IA dans le cloud Azure, d'un soutien par le biais de son extension VS Code Python et de Python sur Windows 10. Microsoft parraine également la Python Software Foundation (PSF) depuis 2006 et lui a accordé 150 000 dollars de parrainage cette année. Selon M. van Rossum, Microsoft a financé une petite équipe Python pour "prendre en charge l'amélioration des performances" du langage interprété.

Microsoft compte actuellement cinq développeurs principaux qui contribuent au développement de CPython, dont Brett Cannon, Steve Dower, Guido van Rossum, Eric Snow et Barry Warsaw - tous des vétérans de la communauté des développeurs principaux de Python. Comme Microsoft l'a noté en avril, Snow a travaillé sur les performances multithread dans Python via des "subintepreters". Dower est responsable de la construction et est un expert de CPython pour Windows depuis la version 3.5 de Python. Warsaw contribue au conseil de direction de Python, à l'équipe de réponse à la sécurité de Python et à la liste des gestionnaires de versions de Python.




Avec les récentes attaques de la chaîne d'approvisionnement des logiciels sous les projecteurs, Microsoft se concentre également sur la sécurisation du principal dépôt de paquets PyPI (Python Package Index). "Dans le cadre de notre parrainage financier, nous allons concentrer nos fonds sur le groupe de travail dedié à la gestion des paquets, afin de soutenir de nouvelles améliorations de PyPI et de l'écosystème des paquets", a déclaré Dan Taylor, directeur principal des outils Python&IA de Microsoft. "Avec les vulnérabilités de sécurité récemment divulguées, la chaîne d'approvisionnement de confiance est une question critique pour nous et la communauté Python, et nous sommes ravis de contribuer à des améliorations à long terme."




Pendant ce temps, van Rossum indique que lui et ses pairs de Microsoft contribuent avec les développeurs de base de Python de manière ouverte et se concentrent sur les changements incrémentiels de CPython. Les changements incrémentiels sont une question sensible pour les développeurs Python qui ont été confrontés à une tâche gigantesque lors du passage du code de Python 2.x à Python 3, qui a pris plus de dix ans. "Pas de fourches/branches à longue durée de vie, pas de pull request surprise de 6 000 lignes", promet M. van Rossum.

"Nous nous occuperons également de la maintenance et du support... Toutes les discussions auront lieu dans les trackers sur les dépôts GitHub ouverts", ajoute-t-il. Il a également abordé la question de l'interpréteur Python, de son interface binaire d'application (ABI) et de son interface de protocole d'application (API) en langage C, qui a entravé l'innovation Python dans le navigateur, selon certains vétérans de Python. "Ne briser la compatibilité ABI stable ; ne pas casser la compatibilité API limitée ; ne pas casser ou ralentir les cas extrêmes", promet van Rossum. "Garder un code maintenable", ajoute-t-il. Mais le projet Python sera-t-il réellement capable de doubler la vitesse des versions actuelles de Python ? Le témoignage de M. van Rossum suggère qu'il ne veut pas être tenu responsable d'un projet aussi ambitieux.


"Nous sommes loin d'être certains d'atteindre une vitesse 2x supérieure !", écrit-il. "Mais nous sommes optimistes et curieux". Il a néanmoins évoqué l'idée d'une vitesse multipliée par cinq après Python 3.11, en précisant que "nous devrons faire preuve de créativité". Selon lui, les principaux bénéficiaires des changements à venir dans Python seront ceux qui exécutent du "code Python pur à forte intensité de CPU" et les utilisateurs de sites Web avec Python intégré. Il n'y aura cependant pas beaucoup d'avantages pour le code déjà écrit en C, comme NumPy et TensorFlow, le code lié aux E/S, le code multithreading et le code algorithmiquement inefficace.








Source : "ZDNet.com"




Voir aussi :


le 2021/04/27

5 Mysteries: Le RPG secret d'Heyko Studio...

Avec la sortie d'Harmony et de Poly Story, Heyko a commencé à se forger une vraie équipe. Le site a été refait, un mini trailer mystérieux sur Tweeter et des discussions étranges. Voici ce que le studio trafiquote depuis tout ce temps!

Par Nozby